à Propos

En 2010 je sautais le pas et changeais radicalement de vie, et ce, pour mon plus grand bonheur.

Je quittais ; mon compagnon de l’époque, un nouvel appart’ qu’on venait tout juste de retaper, un boulot plutôt sympa mais dans lequel je ne m’épanouissais plus, mes amis et le sud-est de la France, pour me retrouver dans le sud-ouest de la France avec mon amoureux d’aujourd’hui, dans une nouvelle ville, un nouveau chez nous et un nouveau boulot bien différent car j’allais créer mon emploi. A moi les joies de l’autoentrepreneuriat et de l’artisanat. J’allais être mon propre patron, faire mes propres horaires, bosser à 100% la tête dans le guidon par moment et ne rien faire à d’autres, faire ce que j’aimais « de la création textile », avoir de compte à rendre à personne, c’est ce que je voulais, mais ceci à un certains prix ; pas de salaire fixe et parfois un salaire au ras des pâquerettes, car débuter une activité rime aussi avec, mise en route, petites galères, réseaux à créer, etc… et donc prendre conscience que même si l’argent ne fait pas tout il allait falloir faire des économies et vivre autrement, avec un salaire pour deux. J’étais prête à faire ses concessions pour vivre cette nouvelle vie.

De là, tout à coulé de source, et vraiment d’une facilité déconcertante, alors que quelques années auparavant j’étais une droguée du shopping et une addict des soldes, minis-prix, ventes-privées, etc… il m’arrivait aussi d’acheter des trucs dans les vides greniers, mais là ce fut une vraie révélation, LA révélation du « si j’ai besoin de quelques choses, pas questions de l’acheter neuf ».
Je suis donc du coup devenue une accroc au vides-greniers, friperies, dépôt-ventes, magasins d’occasions, ressourceries, Leboncoin est devenu mon meilleur ami, bref je rusais d’astuces pour trouver des merveilles à prix mini.
Dès lors, je n’ai presque plus mis un pied dans les grandes surfaces, grandes enseignes et chaînes en tout genres, sauf cas de forces majeurs (Le PQ à la feuille chez Ochan, en attendant de trouver une autre alternative). Cela devenait même un plaisir et un jeu de détourner le problème achats/magasins, pour se remuer un peu les fesses et trouver d’autres alternatives « Que du bonheur ». On était en plein rejet de la consommation.

Car faire ses courses dans les grandes enseignes le nœud au ventre en voyant défiler les rayons et l’orgie de produits dont on n’a très souvent aucune utilité, ou en lisant la provenances des objets et la composition de la nourriture et bien je n’ai pas perdu une seconde et j’ai fais de nouveau le grand saut… le grand saut vers la liberté de consommer raisonnablement et consciemment et de se sentir plus légère en snobant cette foutue société de consommation qu’on peut si facilement se passer.

Et quand tu te rends compte que ce n’est pas si compliqué de faire attention à ce que tu achètes en préférant aller au marché et acheter au petit producteur, que tu ne ressembles pas forcément à une hippie/babos en t’habillant en friperie/vide grenier/dépôt-vente mais que tu peux être très original en achetant chez les créateurs français, car comme tu consommes moins, tu fais des économies donc oui on peut s’offrir une belle pièce de temps en temps… Et étant de la partie, je mise aujourd’hui sur la qualité et l’originalité, quitte à payer plus cher, mais à posséder moins de choses. De toute façon s’y on y regarde de plus près, on ne porte ni utilise tout ce que nous avons. Pour moi le choix est vite fait.
Nos fournisseurs officiels sont donc devenus Leboncoins, Emmaus et les vides-greniers et on ne s’en lasse pas. C’est devenu un réflexe. Dès que nous avons besoin de quelque chose, hop un clic, une balade et on trouve ou pas, notre bonheur.

Et puis il y a eu la lecture de « No Impact Man » de Colin Beaven et « Zéro Déchets » de Bea Johnson, et on a voulu aller encore plus loin. Se débarrasser du superflu, réduire nos déchets, recycler, faire du vide…
Et un déménagement pour une autre contrée nous a bien aidé à aller encore plus de l’avant.

Un projet de vie en Inde qui se transforme en une vie de jeune couple expatrié dans le Nord-Ouest de la France à Saint-Nazaire plus exactement. Projet de vie beaucoup moins exotique mais qui au final ne nous déplaît pas du tout. Cette ville nous a agréablement surpris. Il faut dire que nous nous étions fait un tableau plus que noir de Saint-Nazaire : ville portuaire, grisâtre, industrielle, temps maussade (si proche de la Bretagne, nous qui arrivions du sud de la France) et bien finalement en y vivant, il fait plutôt bon vivre ici. Et en plus Saint-Nazaire est une ville très tournée vers l’écologie et les projets alternatifs, que demander de plus : Jardin partagé, Amap, Ruche qui dit oui, association des Incroyables comestibles, Givebox, etc…

Alors profitant de notre déménagement pour nous désencombrer un maximum, on est arrivé pour une nouvelle vie plus légère en terre Nazairienne, et on s’est promis de se désencombrer encore et encore…

Cela fait maintenant un peu plus de 2 ans que nous vivons une vie plus saine, plus responsable, plus consciente. Nous avons mis moultes actions en places, mais on peut encore faire un tas de choses…

On recycle, je couds, je découds, je tricote, on jardine, on achète très peu de produit emballés, on cherches des astuces pour moins acheter…
On a besoin de moins de choses, car chaque achat est réfléchi, et on s’aperçoit que plus on y réfléchis et moins on en a besoin… C’est dire comme on se rend vite compte que tout ce qui nous ai proposé dans les magasins est pratiquement inutile.
Et puis, pour mettre un peu de piment dans ce nouveau mode de vie, nous sommes fraîchement arrivé dans le monde de la parentalité avec pour cobaye un petit grumgrum d’amour que nous essayons d’élever avec le plus de bienveillance possible et comme nouveau défi, que ça venue parmi nous n’ébranlerait en aucun cas notre projet de moins consommer et encore moins de consommer pour produire des déchets, un défi de plus à relever, et on y est arrivé… sisi, on va vous raconter.

Bref une nouvelle vie qui nous rend plus léger, mais on a encore du chemin à faire et on s’est dit que ça pouvait être sympa de le partager, d’avancer pas à pas et peut-être donner l’envie à d’autres de se lancer dans cette chouette aventure.

L’envie de partager, d’écrire, de découvrir et faire découvrir est très forte en moi, mais aussi de regrouper en un même endroit (cet espace virtuel sans prétention), tout ce qui nous parle aujourd’hui et depuis quelques années déjà, tout ce qui nous construit, nous entoure et nous fait nous la petite famille que nous sommes aujourd’hui.. un peu extra-terrestre pour certains, mais ne pas être dans la norme nous convient bien finalement…
Voici donc ici, notre chemin vers une vie plus écolo en essayant de diminuer au maximum nos déchets et ce, en usant d’astuces et de petits gestes anodins mais qui change la vie, en ayant une consommation raisonnée, en achetant local et 100% français.
Notre apprentissage de jeunes parents avec ses hauts et ses bas, la découverte heureuse du maternage et de la bienveillance avec notre grumgrum d’amour.

Mais aussi nos petits bonheurs, nos coup de gueules, nos coup de cœur, nos voyages, nos passions, notre nouvelles vie dans le nord-ouest de la France à Saint-Nazaire City… Et oui la vie est sympa aussi ici… Il faut le voir pour le croire, (clin d’œil pour les réfractaires, qui grimacent juste au son du doux nom de Saint-Nazaire)

J’ai vraiment envie de partager ma découverte de Saint-Nazaire et de ses alentours, ses coins insolites, les sorties à ne pas louper (sans se ruiner), mais surtout comment y vivre autrement en respectant notre projet de vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s